Pour une initiation théorique à l’alimentation

Muriel MAX, Votre Coach Professionnelle BLOG Leave a Comment

Pour une initiation théorique à l’alimentation  “ No Gluten No Lactose ”
Muriel Max a choisi l’ouvrage : Réduire au silence 100 maladies de Jean-Marie Magnien et qui s’appuie sur les résultats obtenus par le Docteur Jean Seignalet

Attention
Risque d’intoxications alimentaires causées par la consommation d’oeufs, de viandes et de poissons crus.
Non recommandé aux enfants, aux personnes âgées, aux femmes enceintes et à celles qui allaitent étant donné le risque d’intoxication et de carences alimentaires.
Ce régime doit être suivi sous la supervision d’un médecin ou d’un nutritionniste. Ce régime doit absolument être complété par un supplément de vitamines et de minéraux pour combler les apports en vitamines du groupe B (que l’on se procure normalement dans les produits céréaliers), en calcium et en vitamine D (que l’on retrouve dans les produits laitiers et qui sont proscrits dans l’alimentation Seignalet).

• Cet ouvrage est une aide au contrôle de son alimentation. Son principal but est d’atténuer des maladies dégénératives, auto-immunes, est celles dites de « civilisation » comme l’eczéma constitutionnel, psoriasis, urticaire, aphte, rhume des foins, bronchite chronique, rhinite chronique, asthme, migraine, sclérose en plaque, maladie de Crohn, gastrite, colite, diabète type 2, arthrose…

• Suivre les conseils mène de 80 à 100% de rémission, c’est-à-dire de mise au silence de la maladie.
• C’est une diététique sans gluten ni laitage + nutrithérapie avec compléments alimentaires.
• Plutôt qu’un « régime », parlons plutôt d’une alimentation qui retourne aux sources, car les bases Seignalet sont : d’éviter le blé et le lait, de consommer des huiles équilibrées en oméga 3 et 6, la cuisson à la vapeur douce, prendre des compléments alimentaires qui ne sont pas des médicaments.
• L’éviction du gluten contenu dans les protéines des céréales actuelles comme le blé, orge, avoine, maïs…parce qu’elles ont subi de profondes mutations depuis le Néolithique. Pourtant, l’organisme de beaucoup d’entre nous ne s’y adapte pas.
Un grain de céréale se compose d’une enveloppe, le péricarpe, qui entoure la graine, l’albumen, qui contient une association de protéines et d’amidon. Après analyse chimique, on s’aperçoit que 75 à 95% des protéines totales sont des prolamines et des glutélines, soit le gluten plus communément appelés. On en trouve en grande quantité dans le blé, épeautre petit et grand, kamut, orge, avoine, seigle, maïs. Donc les pains, pâtes, pizzas, gâteaux sont à proscrire.
• La cause de l’éviction du gluten est qu’il est inflammatoire pour la paroi de l’intestin grêle, augmentant sa perméabilité.
• L’autre éviction sont les laitages, pour 3 principaux maux liés aux Lactose et aux protéines du lait :
L’intolérance au lactose car, passé l’âge de 3 ans, l’âge auquel nous nous sevrons du lait maternel, nous ne produisons plus de Lactase, l’enzyme qui nous permet de digérer le lactose du lait. Le lactose apporté par les produits laitiers n’est plus digéré et enflamme l’intestin grêle, ce qu’on appelle l’Intolérance au lactose.

L’effet perturbateur des protéines du lait sur la flore bactérienne du côlon : plus on consomme de produits laitiers, plus on apporte des protéines au système digestif, ce qui favorise la multiplication des bactéries de la flore de putréfaction, donnant des selles à odeur nauséabonde et une haleine fétide. Par manque de place, ces bactéries colonisent une partie de l’intestin grêle, provoquant une inflammation chronique.

Ainsi la consommation de lactose associée au gluten et à l’expansion des bactéries du côlon, constitue un ensemble de facteurs pro-inflammatoires dirigés contre l’intestin grêle. Tout cela concourt à augmenter la perméabilité intestinale et favorise l’entrée des « polluants ».

– L’effet opioïde des protéines du lait : en traversant la paroi enflammée de l’intestin grêle, les protéines du lait se fixent dans le cerveau, sur les récepteurs à la surface de nos neurones ; cette fixation provoque de nombreux désordres psychiatriques, allant des troubles de l’attention jusqu’à la schizophrénie, en passant par la dépression.

Par conséquent, tous les laits d’animaux et aliments dérivés sont à exclure : yaourts, fromages, beurre, crème, poudre de lait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *